contact société page d'accueil

Hauteur de la selle

Pentaèdres

Différence de puissance en diagonale

GENOUS ET JAMBES

Réglage du vélo:

Une mauvaise hauteur de selle peut avoir des effets traumatiques sur les genoux, particulièrement à l'endroit où la rotule et le fémur font contact. Une position de selle trop haute génère une force qui entraîne la rotule latéralement. Lors de la phase étirée du mouvement du genou la rotule est poussée latéralement, ce qui peut éventuellement aboutir à des douleurs au niveau latéral externe de la rotule. Une hauteur de selle trop basse conduit à une position dans laquelle les jambes sont beaucoup trop fléchies, ce qui peut aboutir à une tensioin au niveau de la rotule ou de la cuisse. Si la selle est positionée trop en avant (angle de tube de selle trop important), l'angle au niveau du genou est trop petit, ce qui génère les mêmes effets qu'une position de selle trop basse.

La position longitudinale du pied (chaussure) influence l'efficacité du pédalage. Le réglage vers l'intérieur ne dépend pas seulement de la position naturelle du pied, mais aussi du type de dépédalage. D'une manière générale : la position du pied sur la pédale doit être telle qu'une ligne imaginaire représentant une force, doit aller du haut de la jambe jusqu'en bas en passant par le milieu du genou. En pratique, cela signifie que l'intérieur du pied est parallèle au cercle fait par le pédalage. Si les cales des chaussures sont mises vers l'intérieur, les talons sont alors positionés vers l'extérieur. Cela se passe très fréquemment en ce que le coureur place ses chevilles trop près des plateaux. Pratiquer le vélo dans ces conditions, c'est-à-dire avec le haut et le bas de la jambe tordus et pas en ligne, conduit sinon à des traumatismes du genou, du moins à des désagréments. Exceptions faites des cyclistes qui ont une position de pieds naurellement situés vers l'intérieur. Dans ces cas, les cales des chaussures peuvent être mises de telle façon que la position des talons pointe légèrement vers l'extérieur.
Pour le réglage des cales voir le Régleur de cales.

Physical causes:

La déviation de l'avant du pied vers l'extérieur ou vers l'intérieur, respectivement valgus ou varus, conduit à des supinations ou à des pronations durant la pratique. Cela implique que le genou n'est plus dans la ligne imaginaire de force située entre le haut et le bas de la jambe, et que le genou est par conséquent dévié latéralement de cette ligne idéale. Cela conduit à une pression latérale qui s'exerce sur le genou, avec comme résultat une perte d'énergie et un risque accru de traumatisme.

Conformément à une étude réalisée par Garbalosa en 1994, 87% des personnes observées ont l'avant du pied qui pointe vers l'intérieur (varus), 9% vers l'extérieur (valgus) et 4% en position neutre. D'après Stevens (1998), 31% de cyclistes observés semblent avoir un alignement de l'avant du pied dévaforable à la pratique. Ceci peut être corrigé par des semelles orthopédiques ou en ayant recours au Big Meat Wedge américain. Le schéma (à droite) illustre les effets d'un varus et comment le genou corrige par une position latérale, grâce au Big Meat Wedge. Les cales de correction ne sont pas placées directement sous l'avant du pied, mais entre les cales et la semelle des chaussures. Ce fabriquant américain a conduit une étude sur les effets de leurs "cales orthopédiques", montrant un gain de production de vélocité de l'ordre de 1.9% (Reuter, 1997).

Dans le cas d'une différence de longueur de jambes, il y a généralement plus de pression exercée sur la moins longue. Ceci implique que lors du pédalage, cette différence de longueur est corrigée en poussant vers l'extérieur la jambe la moins courte de façon à compenser l'anomalie. Par conséquent, le genou n'est plus situé dans la ligne de force et la pression s'exerce alors sur le genou de manière proportionnelle. Chez ces cyclistes cela se matérialise par une différence asymétrique du développement musculaire. La cuisse de la jambe courte est plus dévloppée et cette asymétrie parcourt diagonalement le corps entier. Le cycle du pédalage asymétrique aboutit à de grandes tensions corporelles, musculaires, ce qui se manifeste généralement par des symptômes traumatiques localisés au niveau du genou de la jambe courte. Généralement le cycliste qui souffre de ce problème rencontre aussi des problèmes de dos (bas du dos) résultant d'une position trop couchée sur le vélo. Il peut arriver aussi que la jambe la plus longue endure une pression intense. Chez ces cyclistes, la compensation se fait de manière inconsciente par le dos. Ils arrivent à se maintenir dans une position relevée, mais ne peuvent produire de la vélocité que par la jambe la plus longue. Sans cette compensation, ils adopteraient une position de travers sur le vélo. L'asymétrie diagonale est alors à l'opposé de la situation montrée plus haut, avec comme résultat des symptômes traumatiques localisés sur le genou de la jambe la plus longue.

Les cyclistes avec les jambes en forme de "0" ou de "X" rencontre le probème d'une ligne de force qui ne passe pas par le genou et qui de ce fait engendre aussi des douleurs. On peut résoudre ce problème ou le prévenir en optant soit pour un système de pédale/chaussure grâce auquel l'avant du pied maintient latéralement une certaine latitude, ou alors pour des voutes plantaires orthopédiques.